Documentaires

Love in Sibéria

 ! Film écrit et réalisé par Andzhela Abzalova


Une jeune fille cherche par tous les moyens à rencontrer son prince charmant. Une réalisatrice décide de faire le point sur son propre couple. De la rencontre de ces deux histoires se dessine un tableau cinglant et drôle des vies et idéaux des deux femmes – issues de deux générations différentes – dans la Sibérie d’aujourd’hui, au coeur d’une société cruelle et avide. Une quête qui ne se privera pas des outils de communication moderne. Une tragi-comédie sur l'Amour et la recherche du positionnement féminin dans un monde où les places de l’homme et de la femme, la définition du couple sont sans cesse revisitées et tiraillées entre autonomie-liberté et modèles traditionnels.

 

  • Réalisation et son : Andzhela Abzalova
  • Image : Andzhela Abzalova et Stéphane Chabas 
  • Montage : Miroslav Pilon

 

Avec le soutien du Centre national de la cinématographie, de la Région Rhône-Alpes, de la PROCIREP et de l’ANGOA


© JPL Productions, Lyon TV et SurgutInform TV - 2014

DVD collection "Eurasie en docs".
Plus d'infos sur www.docnet.fr


Janoir, une vie à peindre

Documentaire réalisé par Emilie Souillot et Jérémy Zucchi

Au saint des saints, nous dit un poème de Jean Janoir, nous n’aurons jamais accès. C’est pourtant ce que va tenter ce film, retraçant le parcours atypique de cet homme qui fut guitariste de jazz, peintre avec des brosses réelles ou virtuelles, concepteur de décors et de costumes d’opéras, sculpteur, designer d’intérieur, poète, un homme qui semblait pouvoir se métamorphoser pour passer d’un support à l’autre tout en restant lui-même, un homme qui semblait avoir la force de toujours se relever. Malgré la mort, malgré la maladie qui l’empêche de peindre debout, de danser devant ses toiles, Jean Janoir continue à être acteur et auteur de son œuvre grâce au numérique. Il est comme un arbre solide dont les branches repoussent sans cesse, explorant les possibles pour s’épanouir.


Vivre en positif

Réalisé par Jérôme Lefdup

Il y a trente ans, toute personne atteinte par le VIH se pensait condamnée. Aujourd’hui, de maladie mortelle, le sida s’est mué en maladie chronique et beaucoup de séropositifs ont retrouvé une existence quasi normale. Maneval, Matthias et Jean-Christophe, comme Franziska et Marie ont surmonté le «verdict de séropositivité». Entre espoir et désespoir, Ils ont vécu l’évolution de cette maladie.

À l’aube de la quatrième décennie du sida, Maneval tente de dresser un état des lieux à travers différentes rencontres qui vont témoigner du moment charnière que la maladie connaît actuellement. Il est en effet possible d’entrevoir la fin de cette épidémie, à condition que la prévention reste la priorité.
De Paris à Berlin où la parole est la plus libérée, en passant par Pointe à Pitre dont la situation renvoie au début des années sida, cet état des lieux va nous amener à rencontrer d’autres séropositifs vivants et émouvants qui ont une attitude responsable vis-à-vis du virus et se battent pour informer et donner de l’espoir par leurs exemples. Des associations et bénévoles anonymes qui luttent contre la discrimination et maintiennent en alerte la vigilance. Des professionnels de la santé qui témoignent de leurs expériences auprès des personnes séropositives et des avancées significatives de la lutte contre l’épidémie.

Un kaléidoscope moderne qui oscille entre optimisme et vigilance. Car, si les progrès médicaux et la prévention permettent un certain optimisme, le sida continue de tuer.

  • Images : Nicolas Sourdey, Karine Gama, Nicolas Bourguignon 
  • Son : Ofélie Boully et Steve Lancastre
  • Montage : Emmanuel Faure, Sylvain Roume 

 

Avec le soutien de la Région Guadeloupe et de la Région Rhône-Alpes.
Avec le soutien du Centre National de la Cinématographie

 

© JPL Productions – Arte - Ko-prod - 2013


Jean-Pierre Ameris,

portrait sensible

Réalisé par Christophe Tourrette

Il est courant de dire et d'écrire qu'on a toujours en nous l'enfant qu'on a été. Que ce soit aux travers de l'innocence perdue, des refuges imaginaires, des peurs enfantines, les films de Jean-Pierre Améris en empruntant divers chemins ne cessent de nous ramener à la vision anxiogène de son enfance. “Je filme pour vivre”, affirmait Robert Bresson. Jean-Pierre Améris filme depuis son adolescence pour trouver sa place. Cette place, il l'a conquise petit à petit avec sa caméra Bauer Super 8 puis sur des formats plus grands jusqu'à en faire son métier.

En retraçant l'itinéraire de Jean-Pierre Améris de l'enfance à l'âge adulte on comprend que sa passion de cinéphile puis de cinéaste lui a permi de vaincre au moins partiellement ses traumas de l'enfance. “Réaliser des films, c'est donner quelque chose à des gens qui m'aident, du coup, à trouver ma place dans le monde. Ça a l'air idiot mais c'est ça." Les films ont leurs décors, les récits ont leur géographie, le portrait d'un homme a son cadre, la vie d'un cinéaste est un peu la somme de tous ces lieux.
Pour tracer le portrait sensible de Jean-pierre Améris, Christophe Tourrette souhaite retourner avec lui sur les endroits marquants de sa vie. C'est ce voyage que le réalisateur lui a proposé de refaire et auquel il convie les spectateurs en les accompagnant de Prague à Lyon en passant par les paysages de la Loire et Paris. 

  • Réalisation : Christophe Tourrette
  • Images : Thierry Paret  
  • Images Super8 : Jean-Pierre Améris
  • Son : Patrick Blache
  • Montage : Agnès Ribouton

 

Avec le soutien du Centre National de la Cinématographie et la participation de la Région Rhône-Alpes


© JPL Productions, Lyon Capitale TV - 2013


Rochette, du transperceneige

aux écrins

Réalisé par Anita Spagnoli 


Jean-Marc Rochette révélé très tôt comme illustrateur de bandes dessinées (Transperceneige, mondialement connu) a aussi une activité, plus secrète, de peintre. Son œuvre est engagée et il revendique un parcours d’art contemporain aux antipodes du conceptuel.
Lors d’une exposition dans un musée à Echirolles en Isère, le peintre fait le lien entre sa peinture et son vécu d’alpiniste. Il met en avant sa fascination de la nature, avec ses dangers, ses atmosphères de parois, de gouffre, de vide, de la nuit, la spiritualité des hauteurs. Il dit l’affrontement à l’œuvre, aux grands formats, sa peinture debout, sa vision de la verticalité. Il exprime son attachement et sa filiation à la tradition picturale, ces grands peintres du XIX et du XXe siècle qui l'ont vigoureusement inspiré, Achard, Corot, Guétal, Ravier, Soutine etc.
La sortie du film du réalisateur coréen Bong Joon-ho (The Host, Mother, Memories of Murder) va propulser cet artiste sur les devants de la scène médiatique internationale. Bong Joon-ho porte à l’écran la bande dessinée Transperceneige, illustrée par Jean-Marc Rochette. Ce dernier, qui aura un rôle dans le film, il double la main d'un peintre et réalise de nombreux dessins qui restituent l'ambiance de cette tragédie.

 

  • Réalisation : Anita Espagnoli
  • Image : Nicolas Folliet
  • Montage : Pierre-Louis Viné 

  • Son : Thomas Besson


 

Avec la participation du Centre National de la Cinématographie
et de l’image et animée


© JPL Productions, Montagne TV - 2012 

 

 

 


Ouate's new Caroline ?

Réalisé par Jean-Marc Birraux 


Ce documentaire sur Caroline Loeb, icône des années 80, alternera extraits de son dernier spectacle et conversations filmées avec Alain Maneval. Celui-ci réalisera alors un portrait intime et personnel de l’actrice qu’il a d’abord connue à ses heures de gloire il y a 30 années.


Avec la participation de Maneval 


Avec le soutien du Centre National du Cinéma et l'image animée
© JPL Productions - Lyon Capitale TV - LE MANS TELEVISION - 2012    

 


Les pieds dans l'Off

Réalisé par Pascal Coulan 


Sur le Festival Off d'Avignon 2011 

A travers la vie et le quotidien de deux compagnies de théâtre professionnelles, Pascal Coulan nous fait découvrir les coulisses du festival OFF d’Avignon. Avec ses espoirs, ses réalités, ses difficultés et ses succès. 





Avec le soutien du Centre National de la Cinéma et de l’image animée

  • Image et Montage : Stéphane Chabat 

  • Son et musique : Jean Manuel Fernandez
  • Générique : Mathieu Travi




©JPL Productions, Lyon Capitale TV, Télé Locale Provence - 2012

 

 

 


Souviens-toi du Futur

Documentaire de la Biennale du Design de St-Etienne 2011

 

Réalisé par Alain Maneval


La téléportation. Ce vieux rêve de l'Homme, à la fois futuriste et très actuel (à défaut de téléportation réelle, nous avons déjà la téléportation virtuelle), vient interroger notre société et notre culture de la vitesse et de l'immédiat sur son rapport au temps, au mouvement... au monde. Voilà le thème choisi par la Biennale Internationale de Design de Saint-Etienne 2010. Avec "Souviens-toi du futur", Maneval nous invite à nous téléporter à Saint-Etienne, sur les sites de la Biennale, afin de découvrir (ou redécouvrir) le design et comment designers et exposants se sont appropriés cette thématique du voyage instantané.


Avec la participation du Centre National de la Cinématographie
et de La Cité du Design

  • Réalisation : Alain Maneval

  •  Image
 : Stéphane Chabas, 
Pierre Simboiselle


  • Son
 : Thomas Besson et Marjolaine Guilhaume
  • Montage : 
Stéphane Chabas





© JPL Productions, TL7 - 2011